L'Eglise de l'Assomption - Mairie de La Petite Pierre

Lützelstein
Mairie de La Petite Pierre
dans le Bas-Rhin - au coeur du Parc Naturel Régional des Vosges du Nord
Aller au contenu

Menu principal :

L'Eglise de l'Assomption

Histoire

L’Eglise de l’Assomption


Burckhardt, comte de La Petite-Pierre, a fait ériger ce monument en 1417, comme l’indique le millésime sur la fenêtre ogivale. L’église dans le faubourg était très éloignée de la ville haute. La nef date de la fin du 19ème et a été construite avec les fortifications détruites. Cette église n’est pas orientée à cause de la topographie : elle se serait ouverte sur le mur d’enceinte; du coup elle s’ouvre vers le château.
L’entrée on peut découvrir les pierres tombales de Burckhardt et de sa seconde épouse Gilga de Viler. Ces pierres ont passé de nombreuses années en tant que dalle de l’église avant d’être sorties au moment de la réfection du 19ème ce qui explique les marques d’usure caractéristiques. Au moment de leur déménagement on a trouvé dessous les deux corps recouverts de chaux, sans cercueil, ce qui résout l’énigme de la mort de Burckhardt et de sa femme à une semaine d’intervalle; la peste ! Burckhardt était tout d’abord un religieux, il fonde un chapitre de 4 chanoines pour animer la vie culturelle. L'église est dédiée à la Vierge. Bien entendu, cette consécration pose un grand problème lorsque George-Jean introduit la Réforme en 1560.



Il est protestant et ne peut donc pas tolérer ces fresques représentant la mère de Dieu. Elles seront donc intégralement badigeonnées, ce qui a également permis de les préserver. Il faudra donc attendre 1860 pour qu’elles soient redécouvertes lors de travaux de rénovation et restaurées en 1967 sous la maitise d'ouvrage des Beaux-Arts.
On peut découvrir 11 scènes

  • Le couronnement de la Vierge

  • Les 4 évangélistes

  • Le jugement dernier

  • L’archange Michel

  • Adam et Eve, la tentation

  • Arbre de Jessé

  • L’ascension

  • La Pentecôte


Dans le chœur, on découvre également du mobilier funéraire fortement endommagé à la révolution. A gauche se trouvaient deux sculptures de George-Jean et son épouse face à face; cette sculpture a été commanditée par son fils Jean-Auguste qui, un peu plus tard, lui fera face avec son épouse dans cet autre monument funéraire. On peut découvrir également dans la nef, deux stèles funéraires celle de Fort de Veldenz et de sa bru Anna-Elisabetha, femme de Jean-Auguste, décédée en 1609. Georges-Jean est un personnage incontournable et hors norme. A l’âge de 15 ans il est recteur de l’Université de Heidelberg qui est la 3ème université du Saint-Empire Romain Germanique. En sillonnant l’Europe, il trouve son épouse Anne-Marie Vasa qu’il épouse en 1563. Sa dot de 300.000 florins va lui permettre de réaliser certains de ses projets. Il va fonder la ville de Phalsbourg en 1568 afin de verrouiller l’accès de l’Alsace au Royaume de France. Il souhaite également en faire une ville exemplaire, de tolérance religieuse entre catholiques, protestants et même juifs. Pour peupler sa ville, il va faire appel à une technique toute récente : l’imprimerie…Sur des tracts largement diffusés, il invite la population à s’installer à Phalsbourg en contrepartie d’avantages fiscaux; il y fait également construire le château d’Einartzhausen. Ruiné, il sera contraint de revendre Phalsbourg à son cousin le duc de Lorraine en 1583 pour 400.000 florins malgré tout…


En 1584, il achète la forêt du Ban de la Roche car il a une nouvelle idée, la couleur rose du grès vient de la présence du fer, qu’il va donc extraire. Le bois abattu est revendu dans les pays du Nord qui en sont demandeurs et le grès extrait n’est rien d’autre que du sable qu’il peut utiliser dans l’industrie verrière dans le Pays de La Petite-Pierre. Mais la présence de fer entraîne une coloration verte du verre qui est corrigée avec les fougères trouvées sur place. Beaucoup de ses projets ne purent aboutir puisque Jerry Hans meurt en 1592 à l’âge de 49 ans. Il ne pourra être enterré à Phalsbourg selon ses désirs puisque la ville est passée sous domination du Duc de Lorraine et du catholicisme. Son épouse quant à elle décédée en 1610, repose dans le caveau familial du Remigiusberg. Ses projets restés inachevés sont la création d’une flotte puissante ainsi que la mise en œuvre de canaux qui rencontrèrent l’indifférence des empereurs à l’époque

Mairie de La Petite Pierre - 22 Rue Principale - 67290 LA PETITE PIERRE - Tél 03 88 01 47 00
Fax : 03 88 01 47 03
Retourner au contenu | Retourner au menu